Soudan Pays des NOUBA

Nous avons découvert les Noubas en 1978. Quand je dis « découvert », c’est parce que nous arrivions tout à coup sur une autre planète, celle d’une Afrique originelle, encore intacte, vierge de toute acculturation, avec la sensation de vivre les mêmes émotions que Stanley et Livingstone, les grands explorateurs du 19ème siècle.

Les Noubas nous avaient été révélés par une seule photo, celle de George Rodger, trouvée au musée d’ethnographie de Genève, montrant un homme nu à la musculature parfaite assis sur les épaules d’un autre homme qui le portait fièrement comme un vainqueur. Des physiques impressionnants. Une beauté parfaite. Une photo coup de poing. Ce fut une révélation. Qu’il nous soit possible au 20ème siècle encore de voir des populations préservées comme dans l’Afrique du temps passé était extraordinaire.

Pour nous commença alors un voyage de 8 mois dans tout le Soudan et une découverte ethnographique incroyable au contact de la mosaïque d’ethnies qui composent cette partie de l’est africain, mais surtout à la rencontre des fascinants Noubas de Kau, Niaro et Fungor, un peuple  pour qui rien ne s’était modifié depuis leur origine jusqu’à notre séjour chez eux. Une découverte qui fait partie des moments les plus beaux, les plus forts et intérieurement les plus riches qu’il m’ait été donné de connaître dans ma vie d’exploration.

Un immense privilège, comme une page d’histoire que j’ai vécue avant que cette éblouissante « civilisation »  ne disparaisse définitivement sous le rouleau compresseur de l’islamisation et de la folie des hommes. Ce qui, hélas, a pris moins de 30 ans.

Pierre et Eliane Dubois (texte, photos)
Relié – 23 x 30cm à la française – 118 pages – 80 photos